Archives de catégorie : Missions

Les missions de l’association Grandir au Sénégal

la mission se termine : compte rendu de la deuxième semaine .

Atelier des femmes  

Rencontre avec les femmes âgées de Ndoffane pour connaitre leurs besoins .

Rencontre avec les responsables d’atelier qui remboursent tout ce qui était prévu ; l’atelier d’arachide qui n’a pas été rentable cette année se poursuit néanmoins pour fournir en huile l’atelier savon ? Rencontre avec AÏssa  qui servira de coordinatrice entre les différents ateliers et GAS

Nous allons voir fonctionner comme tous les soirs de cette semaine, les ateliers de femmes de Mbour qui font soit de la teinture soit du savon soit de la javel soit de la confiture Continuer la lecture

Deja une semaine d’activité dans la brousse Sénégalaise avec une chaleur exceptionnelle !

 

Semaine du 18 au 24 janvier 2016

Cette semaine, les groupes étaient au complet pour mettre en place les projets qu’il a été décidé de concrétiser jusqu’à la fin de la mission. Parmi les 9 écoles d’intervention, les principaux chantiers ayant avancé sont les suivants. Continuer la lecture

Irrigation au goutte à goutte du maraichage

REALISATION D’ UN PROJET D’IRRIGATION AU GOUTTE A GOUTTE A NDOFFANE 2015
Lors de nos travaux dans l’école de Ndoffane, depuis 6 ans, nous avions sympathisé avec Youssou, jeune
parent d’élève, actif, participant à nos actions de rénovation des classes.
Une amitié particulière s’était nouée entre Gérard, Marie Claude et Youssou , avec des échanges de compétences sur leur métier , agriculteur .
Youssou a une formation supérieure au bac, cultive des légumes, et s’est fait une joie de nous faire visiter ses champs de légumes, avec un système d’irrigation traditionnel, basée sur une pompe de relevage d’eau canadienne ; pompe à pédale. Un système de relais permettait d’envoyer l’eau dans des bacs intermédiaire, ce qui facilitait l’arrosage manuel : réduction des distances de portage des arrosoirs
Depuis deux ans, Youssou nous parlait d’un système d’irrigation au goutte à goutte.
Après une demande chiffrée auprès de Marie Claude pour irriguer 2500 m2, le bureau de GRANDIR AU SENEGAL, a approuvé le projet (900 €) en assortissant l’avance financière remboursable d’un financement en retour par Youssou au profit de la cantine de l’école de Ndoffane : 50 € DURANT 5 ANS (en argent ou en légume), et de la formation de nouveaux maraichers au système d’irrigation au goutte à goutte

Youssou et son installation hydrolique

Youssou et son installation hydrolique

.
Lors de notre mission de janvier 2015, Youssou nous a fait visiter le nouveau champ où il allait
installer sont irrigation goutte à goutte. Il a signé le contrat de partenariat avec Jean Pierre, le
président de l’association et l’argent lui a été remis.
8 jours plus tard, Youssou nous remettait les factures des achats. Le bac de 6 m3 était
construit et un technicien était venu former Youssou pour installer la multitude de tuyaux de
tout diamètre, vannes et bypass, permettant d’envoyer l’eau vers un des 4 versants d’irrigation.

premiers plan de tomate et la goutte d'eau

premiers plan de tomate et la goutte d’eau

Lors de la dernière visite du champ, nous avons découvert l’installation en état de fonctionner
de la moitié de la surface irriguée, plantée de tomate. Youssou avait prévu la pépinière de plan
de tomate.

 

première récolte de tomate

première récolte de tomate

 

 

 

 

 

 

 

 

IRRIGATION DU MARAICHAGE AU GOUTTE A GOUTTE : Suite au projet 2015

cout d’une installation 600000 cfa ( 900 €)
Financement de 5 maraichers sur 5 ans (un par an) fait en partie par l’association et en partie
par les remboursements des maraichers (600 000 cfa : 900 € sur 3 ans, soit 200 000 cfa = 300€
par ans) en trois ans l’autofinancement est assurer pour l’investissement.

La cantine augmente ses revenus sur 5 ans et s’assure des revenus sur 10 ans.
Le cout de la cantine scolaire sur un an : 8 mois d’école, soit 45 repas(le mardi et le jeudi) avec
100 élèves qui mangent à la cantine soit un cout total de 450 000 cfa= 700€.
Les financements proviennent d’aides spécifiques, de recettes de la vente de poulets
(poulailler de l’école construit par nous en 2014) et des maraichers : 30 000 cfa= 50€ par
maraicher et par an sur 5 ans chacun.
La vente des poulets : 90 x 2500 = 225000 cfa x 5 fois dans l’année soit un total de 1 125 000 cfa,
avec une marge de 10% soit 100 000 cfa affecté à la cantine
Les parents doivent être associés pour trouver des acheteurs de poulets, et développer le
maraichage.
Le solde étant à la charge des parents. Leur participation est obligatoire.
En ce qui concerne la production maraichère, du fait de l’effet multiplicateur des
remboursements des avances , permettant de relancer chaque année un nouveau maraicher,
une organisation coopérative pourra se mettre en place pour la production de plans et la
commercialisation des légumes. Peut-être que les femmes pourrons trouver une place dans le
circuit commercial ?

Photos Nianiar

Nianiar, village de pleine brousse, à 20 km de Mbour, se rejoint par une piste sableuse , et encore inondée à certain endroit.
L’équipe de Jean Louis (Marie Odile, Jojo et Marie France) a entrepris l’agrandissement de la case du logement des maîtres, et la réfection de la classe de maternelle de Marie Louise et aujourd’hui s’ouvre la cantine financée par notre association

du sable tout simplement

du sable tout simplement

de l'eau au puit

de l’eau au puit

du ciment avec le plateau : 3 km de piste pour aller chez le quincailler

du ciment avec le plateau : 3 km de piste pour aller chez le quincailler

la voiture pour le transport du matériel

la voiture pour le transport du matériel

l'agrandissement du logement des maîtres

l’agrandissement du logement des maîtres

la classe maternelle

la classe maternelle

la toiture

la toiture

de la chaux

de la chaux

nettoyage

nettoyage

pour le matériel.